AAR - Théories biologiques et philosophie de la biologie - Biologie et Société
Publication originale : Théories biologiques et philosophie de la biologie (...)
Accueil


Les dossiers hypermédias


Les dossiers bilingues

Les encyclopédies AAR


Les portails de connaissance AAR
Amsud : la médiathèque latinoaméricaine
Azéri Buta : Le portail consacré à la Culture Azerbaïdjanaise
Averroès : la médiathèque France-Maghreb
Diversité linguistique et culturelle
Mondialisation et développement durable
Peuples et cultures du monde
Sémiotique, culture, communication



Théories biologiques et philosophie de la biologie - Biologie et Société
- Accueil -
Informations


Responsable(s) de cet entretien : Peter Stockinger - PU (INALCO et ESCoM-FMSH, Paris, France)

Date et lieu de l'entretien : Lundi 15 juillet 2002 -
Fondation Maison des Sciences de l'Homme, 54 bld Raspail, 75006 Paris, France


Réalisation : Charles Biljetina (ESCoM-FMSH, Paris, France) , Muriel CHEMOUNY (ESCoM-AAR,FMSH, Paris, France)


Langue(s) : Français Français


ACCÈS AUX VIDÉOS

Présentation



C’est au cours de ses premiers travaux de recherche portant sur le vieillissement et son mécanisme de désorganisation qu’Henri ATLAN - médecin, biologiste - s’intéresse à la notion d’organisation et aux facteurs d’organisation et de développement. Il développe alors une espèce de formalisme qui permet de comprendre comment se fait la création de diversité, de complexité à partir d’événements aléatoires, de perturbation sur des systèmes organisés, sous certaines conditions. Là où l'on pense alors que des perturbations aléatoires ne peuvent avoir qu’un effet négatif, de destruction de toute l’organisation, il est possible de montrer que dans certaines conditions, les facteurs de perturbation ou « bruit » peuvent favoriser l’émergence de nouvelles formes d’organisations, de formes d’auto-organisation.

Dès que le code génétique est déchiffré, ces considérations n’ont plus d’importance dans la communauté des biologistes. S’impose alors la métaphore du « programme génétique », c’est-à-dire le parallèle, par raisonnement analogique, entre la structure de l’ADN et un programme d’ordinateur.
Or, Henri Atlan affirme que les organismes vivants ne peuvent pas être réduits à la structure des gènes et remet en cause le tout-génétique. Tout n’est pas écrit dans les gènes sans pour autant dire qu’il n’y a pas de déterminisme biologique. Il existe d’autres déterminismes - mécaniques, physico-chimiques et biologiques - qui ne sont pas génétiques. Pour comprendre le fonctionnement des gènes, il faut s’intéresser à leur organisation, au sens d’une organisation complexe. D’où un renouveau de l’interrogation de recherche de techniques de modélisation pour essayer de maîtriser d’une certaine façon la bio-complexité.

Henri Atlan revient à plusieurs reprises sur les notions d’auto-organisation, de complexité, d’émergence.
Il mentionne également la place de la philosophie dans sa réflexion scientifique, particulièrement celle de Spinoza et l’importance du spinozisme actualisé et parle des activités du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé.

Henri ATLAN est professeur émérite de biophysique à la faculté de médecine de Paris (Broussais-Hôtel Dieu), directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) à Paris (France), et directeur du Centre de recherche en biologie humaine à l'hôpital universitaire Hadassah à Jérusalem (Israël). Il a été membre consultatif du Comité Consultatif National d'Éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé de 1983 à 2000.
Ses principaux domaines de recherche concernent la théorie biologique, la cybernétique et la théorie de l'information, les notions de la complexité et de l'auto-organisation, les interactions entre environnement et génétique, les limites du "tout génétique".








Dernière mise à jour le 29/06/2016
All rights reserved © ESCoM 2009
Site déposé sur CopyrightFrance.com

Aide - Plan du site - Nous contacter - Mentions légales -
http://www.archivesaudiovisuelles.fr