Publication originale : Somos la voz del árbol

Dossiers hypermédias :
"Somos la voz del arbol" - Entretien avec Jorge Riester et présentation des activités de l'APCOB




FranÔŅĹais English Español Italiano Polski Russian (Русский)

"Somos la voz del arbol" - Entretien avec Jorge Riester et présentation des activités de l'APCOB
Accueil Passages Thématiques Lexique

Liste des passages


Intitulé Description Durée
 Présentation préliminaire  Présentation préliminaire du documentaire. Extrait du film "Iyambae ser libre" résumant la mission institutionnel de l'APCOB. - Nous sommes la voix des arbres, ... et nous marchons sur le chemin vers le futur... Nous faisons parti de la diversité et de la richesse culturelles de ce pays...  00:00:36
¬†Biographie g√©n√©rale de Jurgen Riester ¬†Jurgen Riester est n√© √† Koblenz en Allemagne. Apr√®s des √©tudes de langues slaves et romanes √† l'Universit√© de Bonn (Allemagne), il se sp√©cialise en anthropologie, et plus sp√©cifiquement en religions comparatives et sociologie r√©gionale. Il obtient son doctorat en 1959, et part en 1963 en Bolivie orientale, pour un s√©jour pr√©vu de 8 mois qui va, finalement, durer 3 ans. Ses recherches portent alors sur le peuple Chiquitano. Apr√®s un bref retour en Allemagne, il repart pour le P√©rou, o√Ļ il devient professeur √† l'Universit√© de Lima puis, en Bolivie orientale, o√Ļ il fonde, en 1978, l'APCOB (Apoyo Para el Campesino Ind√≠gena del Oriente Boliviano). ¬†00:02:48
 Présentation générale des diversités culturelles et linguistiques de la Bolivie  La Bolivie se présente, d'une façon générale, comme un pays andin alors que plus de 70% du territoire national se trouve dans les terres basses. Il existe environ 34 peuples différents identifiés comme des indigènes, et qui représentent 75% de la population totale. Les 24% restant sont des métis et une toute petite proportion sont des blancs ou des étrangers. Les indigènes qui vivent dans les basses terres représentent plus de 300 000 habitants, appartenant à une large variété de diversités linguistiques et culturelles. Jusqu'à la fin du XIXème siècle, la population indigène était peu "affectée" par les blancs et les métis. Les colonisations successives de cette zone (basse terre), à des fins d'exploitation des ressources locales comme le caoutchouc, le bois et le pétrole, a réduit considérablement l'espace vital des indigènes. L'envoi de missionnaires assez radicaux et le contact avec la civilisation occidentale a provoqué une perte de la culture locale dans cette région.  00:02:24
¬†Description plus syst√©matique des peuples vivant sur les basses terres ¬†Les basses terres se divisent en trois zones √©cologiques : - au sud, la zone aride du grand Chaco, - au nord, la zone de transition de l'orient et - √† l'est, l'Amazonie avec ses deux d√©partements. La majorit√© des indig√®nes se trouvent dans le grand Chaco : les Chiriguanos, les Isosenos au nombre de 70 000 qui parlent le guarani, les Chiquitanos qui se trouvent sur le c√īt√© oriental sont 80 000, les Guarayos √©galement de langue guarani se trouvent dans la partie nord ouest de l'orient et deux peuples relativement petits : les Ayoreodes avec 5 000 personnes et les Sirionos avec 1 800 personnes. Une grande vari√©t√© ethnique se rencontre en Amazonie o√Ļ des petits peuples ont un territoire bien marqu√© et un d√©veloppement bien particulier. Leur √©conomie se base essentiellement sur l'agriculture et la p√™che. Pourquoi y a-t-il autant de peuples dans les basses terres ? Surtout pour des raisons historiques, nous explique Jurgen Riester. ¬†00:01:54
 Histoire des Chiquitanos  Nous allons parler plus particulièrement d'un peuple du département de Santa Cruz : les Chiquitanos. Au XVIIIe siècle, les jésuites fondèrent la mission des chiquitanos. Leurs objectifs étaient le regroupement des différents peuples, l'instruction religieuse, civique et musicale. La première expérience de réductions "reducciones" fut appelé San Francisco Javier. Puis se créèrent San José, San Juan, San Raphael, Conception, San Miguel, Santa Anna, Santiago, San Ignazio, et finalement Santo Corazon en 1760. Aujourd'hui les Chiquitanos ont une culture mixte, un mélange de la culture occidentale apporté par les blancs, les métis et quelques restes de leur culture propre.  00:09:07
 Les conséquences de la conquête espagnole dans les basses-terres de Bolivie  Il existe beaucoup d'écrits sur la culture indigène mais peu de choses existent sur les relations tissées entre les indigènes et les blancs au moment de la conquête espagnole. Avant l'arrivée des espagnols, le territoire sud américain était habité par de nombreux peuples qui avaient développé des manières de vivre différentes. Mais dès l'arrivée de Christophe Colomb, la vie de beaucoup de ces indiens va changer radicalement. Surtout par ce qui sera appelée : "la conquête par l'épée et la croix". Les blancs vont obliger les indigènes à vivre en esclavage, rien ne sera entrepris pour sauvegarder la culture locale de ceux qui étaient appelés "les barbares". De nombreuses luttes vont se former ayant des conséquences dramatiques pour les indigènes. Beaucoup de ces peuples disparaitront. Les indigènes des terres basses seront colonisés un peu plus tard et subiront le système des "encomiendas".  00:06:19
 Relations avec le monde non indigène  Tous les indigènes ont eu des relations d'esclavages avec les conquérants. Ils ont servis de peones, de serviteurs aux blancs et métis. Ces conditions ont commencé à changer en 1952 avec l'arrivée au pouvoir du MNR (mouvement nationaliste révolutionnaire) qui a mis fin à l'esclavage. Pour autant, les indigènes ont continué à faire des travaux inhumains pour survivre.  00:02:22
 Le chamanisme - Culture guarani  Les indigène essayent de garder les élément fondamentaux de leur culture. Le chamanisme en est un élément important. Récit d'un Isoso sur le Seigneur des collines.  00:04:46
 Les origines de la femme - Culture guarani  Récit sur les origines de la femme dans la culture Guarani.  00:01:38
 Les origines de l'humanité- Culture Gwarayu  Récit sur l'origine de l'humanité dans la culture Gwarayu.  00:02:40
 Le seigneur des poissons - Culture guarani  Récit guarani : "Le Seigneur des poissons".  00:01:11
¬†Vers la libert√© ¬†En r√©ussissant √† mettre en contact l'ensemble des peuples indig√®nes afin qu'ils puissent √™tre reconnus et qu'ils s'unissent pour obtenir leur libert√© et revendiquent leur droit, l'APCOB a jou√© un r√īle important dans la formation du mouvement panindig√©niste de la r√©gion des basses terres de Bolivie. ¬†00:02:35
¬†Rapprochement entre les diff√©rentes communaut√©s de Bolivie ¬†Ces d√©marches de rapprochement entre les diff√©rentes communaut√©s, men√©es par le CIDOB (Confederaci√≥n de Pueblos Ind√≠genas de Bolivia), ont aboutit √† la formation d'une grande marche de 1982. Marche o√Ļ se sont rencontr√©s les peuples de basses terres et ceux des hauts plateaux bolivien. La lutte s'est faite avec des arguments et non avec des armes. ¬†00:01:51
 Formation du CIDOB (Confederación de Pueblos Indígenas de Bolivia)  Le CIDOB (Confederación de Pueblos Indígenas de Bolivia) a été créé en 1988. Le segment retrace l'historique de l'organisation.  00:01:47
 Les projets de l'APCOB : protection de l'environnement  L'APCOB développe de nombreux projets dans la zone de Santa Cruz. La variété écologique est très importante et doit être protégée. Le site du Rio Parapeti, par exemple, doit être tout particulièrement sauvegardé.  00:01:43
 L'élevage dans les basses terres de Bolivie  Développement d'exploitation d'élevage dans les basses terres de Bolivie.  00:01:26
¬†Les d√©veloppements forestiers ¬†Dans la zone orientale, nous explique Jorge Riester, les chiquitanos se concentrent sur la mise en valeur du domaine forestier. Ils g√®rent les for√™ts par un contr√īle strict du territoire et l'exploitation du bois dans une optique de d√©veloppement durable. La parole est ensuite donn√©e √† un responsable chiquitano qui nous explique leur politique de d√©veloppement. ¬†00:02:10
 Programmes de développement à Santa Cruz : bibliothèque et communication  Nous nous occupons de différents programmes de développement au sein des commuanutés. Un premier programme s'organise autour de la communication. A travers la communication télévisuel, nous informons la communauté non indigène des systèmes de vie des indigènes. Un second s'articule autour du développement d'une bibliothèque. Différents programmes bilingues, en chiquitano et espagnol, notamment devraient voir le jour.  00:03:33
 Projets éducatifs : connaissance des différentes communautés indigènes des basses terres de Bolivie  Nous avons développé, ces dernières années, une production de CD interactifs qui présentent les caractéristiques principales des peuples indigènes. Pour le moment, trois CD sont en vente et circulent dans les écoles de la région : le monde des Ayoréode, le monde des Chiquitanos, le monde des Isoneno-Guarani.  00:06:31




Accueil - Mentions légales - Crédits
"Somos la voz del arbol" - Entretien avec Jorge Riester et présentation des activités de l'APCOB, 06/11/2008 15:59:39







Dernière mise à jour le 01/06/2009
All rights reserved © ESCoM 2008
Aide - Plan du site - Nous contacter - Mentions légales -
http://www.archivesaudiovisuelles.fr