PCM - Société africaine : une approche du politique, des cultures motrices et des cultures matérielles
Publication originale : Société africaine : une approche du politique, des (...)

Dossiers hypermédias :
Société africaine : une approche du politique, des cultures motrices et des cultures matérielles




Fran�ais English Español Italiano Polski Russian (Русский)

Société africaine : une approche du politique, des cultures motrices et des cultures matérielles
Dossier thématique pour spécialistes en anthropologie
Accueil Passages Thématiques Lexique

Liste des passages


Intitulé Description Durée
 Parcours universitaire international de Jean-Pierre Warnier  Jean-Pierre Warnier nous donne un aperçu de son parcours universitaire en anthropologie. Il nous montre la logique de celui-ci, orienté sur des études à l'international : il explique qu'il a obtenu une bourse doctorale pour étudier à l'université de Pennsylvanie aux Etats-Unis, et que son choix d'un terrain en Afrique l'a dirigé vers le Cameroun.  00:06:09
 Rétrospective d'une carrière universitaire  Jean-Pierre Warnier décompose les étapes de son parcours professionnel, depuis la fin de ses études, jusqu'au moment de sa retraite. Il aborde ses diverses expériences dans l'enseignement et dans des activités administratives, au Nigéria et en France.  00:05:25
 Origine d'une thèse chez les Mankons  Jean-Pierre Warnier contextualise le royaume Mankon, tout en proposant une biographie du roi et de ses diverses compétences d'ingénieur agricole, de politicien et d'homme d'affaires. Il reprend le concept d'assimilation élaboré par Mauss, pour expliquer le phénomène de réciprocité entre le royaume Mankon et son environnement extérieur. Il met ainsi en avant les éléments culturels du Royaume Mankon, qui ont poussés le roi à intégrer un étudiant étranger à son royaume.  00:09:13
 L'anthropologie sociale et le concept de réseau d'échanges  Jean-Pierre Warnier nous explique brièvement l'influence de l'anthropologie sociale britannique sur l'anthropologie politique.  00:04:22
 L'anthropologie sociale et le concept de culture matérielle  Jean-Pierre Warnier nous montre la relation existante entre les systèmes d'échanges régionaux et la construction de l'histoire politique d'une communauté. Il met en avant le concept de réseaux d'échanges du royaume Mankon avec l'extérieur, et explique de quelle manière les échanges de la région des Hauts-Plateaux en Afrique interviennent dans la construction de l'histoire politique régionale. Jean-Pierre Warnier évoque ainsi la notion de géopolitique régionale, en montrant le lien entre l'histoire politique et l'histoire économique de la région des hauts plateaux en Afrique. Il explique ainsi comment la culture matérielle d'une communauté, par l'étude d'objets provenant de cultures extérieures, fait apparaître sa construction historique.  00:06:43
 Le groupe "Matière à Penser"  Jean-Pierre Warnier explique brièvement l'origine et l'objectif du groupe de recherches "Matière à penser" qui travaille sur le thème de la culture matérielle, et nous présente quelques publications.  00:03:46
 Origine du concept de culture matérielle : l'idée d'accumulation et la notion de tirelire vitale  Jean-Pierre Warnier explique les origines de la culture matérielle par le concept des trajectoires locales du politiques et de l'accumulation en Afrique. Il approfondit ensuite l'idée d'accumulation, en expliquant l'importance de tirelire vitale du sang, qu'il définit comme une accumulation du sang à travers la représentation du roi.  00:06:52
 Le Roi-Pot et ses trois corps  Jean-Pierre Warnier nous explique que le royaume Mankon fonctionne sur un système de récipients, représentés par le roi sacré. Il illustre son propos par la présentation de la pulvérisation, un acte par lequel le roi insuffle au vulgum pecus, des éléments contenus dans les récipients qu'il porte. Il montre ainsi que le royaume fonctionne sur un système de récipients, et qu'il se caractérise par le corps du roi décomposé en éléments corporels et incorporels. Enfin il explique que le corps du roi est composé du corps physique et de ses récipients, du corps du palais, du corps de la cité. Il termine en expliquant que les substances contenues dans son corps irriguent ses différents corps.  00:05:54
 Les différentes approches de la culture matérielle  Jean-Pierre Warnier présente son analyse de la culture matérielle comme une approche basée sur le "signe". Il explique qu'il l'a ensuite faite évoluer vers une approche de la valeur praxis, et plus particulièrement du rapport au corps. Il revient par ailleurs sur le groupe "Maîtres à penser" et précise que ce groupe est originaire d'une collaboration entre trois étudiants sur une étude ethnologique, effectuée pour le compte du syndicat interprofessionnel des professionnels du bois.  00:04:34
 Culture motrice et organisation politique  Jean-Pierre Warnier nous montre le lien qu'il existe entre les connaissances discursives et les connaissances procédurales. Il replace ces deux concepts dans le contexte de gouvernementalité, énoncé par Michel Foucault, et fait le lien avec la notion de culture motrice. Il applique ces notions au royaume Mankon, pour expliquer que les gens du royaume sont fabriqués comme des récipients. Il en conclue donc que les cultures motrices et matérielles, contrairement aux points de vue des ethnologues qui, selon Alain Bertoz, ne s'attachent pas assez au corps, sont liées aux cultures motrices et aux systèmes politiques.  00:05:54
 Biopouvoir et gouvernementalité  Jean-Pierre Warnier cite Michel Foucault pour expliquer le concept de biopouvoir, et ses conséquences sur la vie professionnelle des citoyens.  00:02:51
 Rôle de la psychanalyse dans la recherche ethnologique  Jean-Pierre Warnier montre que la psychanalyse est un outil de compréhension car il explique qu'elle donne un sens affectif aux pratiques et rituels observés par l'ethnologue.  00:04:33
 Ethnologie : méthodologie d'enquête sur un terrain anxiogène  Jean-Pierre Warnier expose les différentes approches méthodologiques du chercheur face à un terrain anxiogène. En faisant référence à Georges Devereux, il explique que l'angoisse du terrain est un élément dynamique pouvant servir au chercheur à construire sa méthodologie par une relation intersubjective avec les autres.  00:04:51
 Le terrain et l'enquête ethnologique: point de vue analytique  Jean-Pierre Warnier expose son point de vue sur les différences entre la sociologie et l'ethnologie, et affirme qu'il manque à la sociologie, une pratique ethnologique de long terme sur le terrain.  00:03:57
 L'ethnologie réflexive et l'écriture ethnologique  Jean-Pierre Warnier nous explique, tout d'abord, que l'utilisation du "nous" dans les écrits ethnologiques vient de l'approche wéberinne sur la neutralité axiologique. Il affirme sa position d'utiliser la première personne du singulier, le "je", suivant le courant de l'ethnologie réflexive, qui consiste à décrire les données, les situations, et les circonstances de son observation sur le terrain.  00:03:26
 L'ethnologie, une discipline spécifique  Jean-Pierre Warnier défend l'ethnologie en montrant son caractère spécifique par rapport à l'anthropologie. Il définit l'ethnologie comme une science apportant des connaissances solides, issues de réalités d'un terrain long.  00:03:40
 Retour de l'information à la source  Jean-Pierre Warnier contextualise ses échanges avec le royaume Mankon et explique que cette relation de réciprocité est basé sur un système de dons et de contre-dons. En exemple, il explique la différence entre le point de vue de son travail de thèse entre la royauté Mankon, qui souhaitait voir reconstituée une généalogie profonde, et cette thèse, qui s'attachait à reconstruire une généalogie partielle, basée sur une chronologie se référant aux sépultures royales et aux lignages royaux. Il met ainsi en exergue le paradoxe entre le travail d'une thèse extrêment datée et difficilement publiable telle quelle, et le souhait de la royauté, de pouvoir lire le "récit du palais". Afin de répondre à cette relation de réciprocité, il explique donc que sa thèse a été publiée sous forme de données vulgarisées, qu'il donne régulièrement des documents et publications au Musée Mankon et aux archives du Cameroun. Il en profite pour souligner le phénomène de modernisation actuelle des royaumes, en citant l'exemple d'une photo prise avec le roi Mankon et le président du Cameroun, Paul Biya.  00:07:25
 Bibliographie de Jean-Pierre Warnier  Jean-Pierre Warnier présente quelques unes de ses publications.  00:08:00
 Place de la sémiologie dans la société actuelle  Jean-Pierre Warnier affirme que la sémiologie des objets est utilisée par les entreprises du privé, qui font travailler des sémiologues de l'objet avec leurs équipes de création. Il définit la sémiologie de l'objet comme une prise en considération de l'objet comme un signe. Il précise donc que l'objet et le corps diffèrent de leurs représentations respectives. Enfin, il termine en faisant référence aux sciences cognitives, aux notions de connaissance située, de l'intelligence distribuée, des connaissances procédurales et de la perception, pour montrer le rapport du corps à l'objet.  00:03:32
 Notion de verbalisation et cultures matérielles  Jean-Pierre Warnier attire l'attention sur les différences entre l'ethnologie française, basée sur une verbalisation des concepts, et la réalité du terrain. Il met en avant l'articulation entre le verbalisé et le non verbalisé, l'intervention du conscient et de l'inconscient, pour différencier la culture verbale des cultures motrices et matérielles.  00:06:18
 La mondialisation de la culture  Jean-Pierre Warnier nous présente son point de vue, critique et engagé, d'un ethnologue sur le terrain, par rapport au concept d'une culture mondiale unifiée. Il affirme son désaccord avec la notion de mondialisation et d'américanisation de la culture.  00:04:09
 Rôle des sciences humaines et sociales aujourd'hui  Jean-Pierre Warnier aborde la notion des techniques globales du corps, en expliquant que les techniques de contrôle à partir des corps sont aujourd'hui globalisées. Il prend ainsi l'exemple des flux migratoires pour montrer une tendance à la globalisation du système des corps. Il cite ensuite des politologues pour mettre en avant l'importance de l'analyse politique comme clé de compréhension du politique. Enfin, il conclut, en affirmant l'utilité de l'ethnologie, qu'il considère comme une discipline innovante et qui sera, d'après lui, toujours réinventée ailleurs.  00:06:15




Accueil - Mentions légales - Crédits
Société africaine : une approche du politique, des cultures motrices et des cultures matérielles, 09/05/2008 15:27:40







Dernière mise à jour le 01/06/2009
All rights reserved © ESCoM 2008
Aide - Plan du site - Nous contacter - Mentions légales -
http://www.archivesaudiovisuelles.fr