Publication originale : Onzièmes Rencontres d'Aubrac. Dire les mythes

Dossiers hypermédias :
Le Mahâbhârata
lecture d'extraits choisis par Jean-Claude Carrière




Fran�ais English Español Italiano Polski Russian (Русский)

Le Mahâbhârata
lecture d'extraits choisis par Jean-Claude Carrière
Accueil Passages Thématiques Lexique

Liste des passages


Intitulé Description Durée
 La mythologie indienne, une mythologie vivante  Jean-Claude Carrière nous présente la mythologie indienne, dont le Mahâbhârata - probablement le plus long poème du monde - est l'un des récits essentiels. Contrairement à d'autres mythologies comme l' égyptienne, la grecque, celle-ci est toujours vivante : quel que soit son niveau de culture, chaque Indien a des choses à dire sur elle. Pour illustrer ses propos, Jean-Claude Carrière nous explique la métaphore de la tortue. Tout homme peut, du haut de la carapace de la tortue, choisir parmi les 36000 divinités de l'océan du monde celle ou celles qui lui correspondent.  00:03:43
 Le Mahâbhârata : grande et complète histoire de l'humanité  Jean-Claude Carrière nous présente l'étymologie du mot Mahâbhârata, puis l'oeuvre elle-même. Ce poème, "Grande histoire de l'humanité", exercerait une telle action sur celui qui le lirait de bout en bout, que le lecteur en ressortirait inéluctablement transformé. D'ailleurs Henri Michaux remarque à son sujet : "Vous raconteriez cette histoire à un vieux balai, il reprendrait feuilles et racines". Une autre oeuvre épique, à côté du Mahâbhârata, est celle du Râmâyana. Texte court, brillant mais beaucoup moins complexe.  00:04:10
 L'auteur du Mahâbhârata  Jean-Claude Carrière nous explique que le récit du Mahâbhârata se situe au IIe - IIIe millénaire avant notre ère, alors que l'écriture n'existe pas encore. Pour écrire, l'inventeur du poème, Vyâsa, a donc besoin de l'aide d'un dieu, que lui envoie alors Brahma : Ganesh ou Ganesha, dieu à tête d'éléphant. Celui-ci transcrit l'histoire de la famille des Bârhata que lui raconte Vyâsa, sous forme d'un poème. Cependant, chez les Bârhata, deux jeunes princesses mariées à des jeunes princes se retrouvent veuves, avant d'avoir pu engendrer une descendance. Or, s'il n'y a pas de descendance, l'histoire de la famille s'arrête, empêchant ainsi Ganesh de poursuivre l'écriture du "grand poème du monde". L' oncle des princesses, Bhishma, est désigné pour y remédier. Ce qu'il refuse, pour ne pas trahir son voeu de chasteté. Ne trouvant alors personne pour assurer la descendance des princesses, Vyâsa va se dévouer. Ainsi ses propres enfants vont devenir les nouveaux personnages du poème... et le récit va pouvoir se poursuivre...  00:03:35
 "Sur le champ de bataille, même les herbes tremblent"  Le Mahâbhârata se présente comme un poème épique, une immense bataille fondatrice, où chacun des protagonistes, deux groupes de cousins - Pândava et Kaurava - se partagent l'empire du monde. Or, chacun possède l'arme d'extermination totale, pashupata...  00:01:48
 Ganesh  Ganesh, directement créé par sa mère Parvati, vit chez elle, à l'insu de l'époux de celle-ci, - Shiva -. Cependant, un jour, ce dernier, voulant naturellement pénétrer chez lui, se voit refuser l'entrée par Ganesh. Furieux devant la résistance que lui oppose celui-ci, Shiva envoie ses armées pour le vaincre. Ganesh résiste encore... Or Shiva parvient à le prendre par surprise et à lui couper la tête... Considéré comme "celui qui calme les querelles", Ganesh est le dieu des écrivains, des musiciens... et des voleurs.  00:02:17
 La révélation des secrets des mondes à un enfant  Alors qu'un son de flûte enveloppe Ganesh et un enfant, en un lieu improbable et mouvant, le dieu décide que le moment est venu de dévoiler certains secrets à cet enfant. Infinité des créatures qui peuplent les mondes, et surtout révélation de la tri-unité de Brahma, le Créateur, Shiva le Destructeur...et Vishnu. Vishnu, "celui qui maintient et fait durer les mondes", descendrait sur terre, quand le chaos menace, sous la forme de Krishna. Une histoire d'avatar...  00:03:16
 Du dieu Vishnu...  Le monde, tel qu'il nous apparaît, explique Jean-Claude Carrière, est maintenu par Vishnu - accompagné de sa parèdre Lakshmî - autrement dit en langage scientifique, "la force nucléaire forte", qui maintient les atômes entre eux. Il s'est déjà manifesté sept fois, au moment où le Mahâbhârata est écrit, sous ses différents avatars (poisson, tortue, lion, etc.). Rama a été le septième, Krishna est le huitième. Jean-Claude Carrière précise qu'on attend une neuvième manifestation.  00:02:57
 Du dieu Shiva...  Représenté en dieu dansant, pourvu de quatre bras, accompagné de sa parèdre Pârvatî, Shiva est la force destructrice, analogue à l'entropie, précise Jean-Claude Carrière, présente en chaque être vivant, en chaque monde, qui fait que chacun est inéluctablement entraîné vers la destruction... résurrection...  00:02:39
 Destruction du monde... puis résurrection  Destruction... puis résurrection lorsque les temps sont venus. Brahma, le dieu créateur, dort dans le ventre de Vishnu, endormi lui-aussi. Vishnu rêve "pour ne pas oublier les beautés de ce monde disparu". C'est alors que Brahma jaillit du ventre de Vishnu - rarissime apparition du dieu - trônant sur une feuille de lotus, recrée le monde en un instant puis entre de nouveau à l'intérieur du ventre de Vishnu.  00:08:02
 Un roi vraiment très juste...  Jean-Claude Carrière nous conte l'histoire d'un roi, d'un pigeon et d'un faucon, ou comment la vertu de justice du roi Yudhistira est mise à rude épreuve par ces deux animaux... Une manière de saisir la notion de dharma, ordre universel cosmique...  00:04:59
 "La mort n'existe pas..."  Cet autre extrait évoque "un jeune homme éternel" issu de nulle part. Bishma et Yudhistira, présents auprès de lui, le questionnent sur ses origines. "Je suis ce qui n'est pas encore" répond, entres autres, le jeune homme. Et d'aborder la question du dharma : "Quand le dharma est protégé, il protège; quand il est détruit, il détruit".  00:02:31
 "Sur quoi devrais-je pleurer?..."  Yudhistira et ses fils, des femmes, quelques survivants se rendent sur le champ de bataille pour constater la perte d'êtres chers et récupérer leur corps. Vyâsa, l'auteur du poème - et donc du massacre - s'y trouve aussi... Il évoque la question de la mort, de la relativité des liens entre les êtres, rencontres éphémères. Rien ne dure, aucun lien ne résiste au temps...  00:02:13




Accueil - Mentions légales - Crédits
Le Mahâbhârata , 09/09/2008 12:27:25







Dernière mise à jour le 01/06/2009
All rights reserved © ESCoM 2008
Aide - Plan du site - Nous contacter - Mentions légales -
http://www.archivesaudiovisuelles.fr