Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias


Recherche
 
   


   

 

Chania - Grèce
1998 © E. de Pablo
 

Théorie sémiotique

DESCRIPTION

Un premier axe des travaux et contributions à une théorie sémiotique du texte ou du discours concerne notamment les principaux paramètres intervenant dans l'organisation structurale d'un signe textuel lato sensu :

  • le plan thématique et référentiel d'un signe (i.e. la sélection et l'hiérarchisation de thèmes - de "lieux de savoir" - pour parler, selon un certain point de vue, d'un "sujet", d'une situation ou d'un évenement),
  • le plan narratif ou rhétorique (i.e. le développement des thèmes sélectionnés sous forme d'actes de discours et de genres narratifs lato sensu),
  • le plan discursif (i.e. cadrage d'un "sujet", orchestration des "voix" commentant et discutant un "sujet", utilisation de figures pour parler d'un sujet, ...),
  • le plan de l'expression (syncrétique) d'un "contenu" (médias et langages d'expression, rapports sémiotiques entre plusieurs langages d'expression utilisés dans un signe textuel, ...),
  • le plan de l'organisation formelle et physique du contenu sur un support donné (composition d'un espace de présentation - page, ecran, volume, ... -, "maquette" et "storyboard", ...).

Un deuxième axe des recherches en théorie sémiotique est dédié à l'articulation - toujours aussi complexe que floue - entre le signe textuel et son contexte (culturel, historique, ...) - articulation devant prendre en considération, entre autre :

  • la distinction entre une sorte de sémantique de cultures présupposée fournissant les connaissances et valeurs nécessaires (les base du, selon A.J. Greimas, "contrat tacite" entre le producteur d'un signe textuel et son -supposé - destinataire) et une sémantique textuelle ou discursive à proprement parler qui se présente comme une actualisation, dans le signe textuel, de thèmes ou "lieux de savoir" culturellement donnés (i.e. comme le resultat des décisions de sélection et d'hiérarchisation thématiques des informations qui seront plus spécifiquement traitées et véhiculées par un signe textuel donné),
  • la problématique des genres textuels comme des sortes de modèles de production et d'interprétation de signes textuels lato sensu (les genres pouvant être considérés comme des "expériences" et "traditions" incontournables pour toute forme de communication et d'échange entre acteurs faisant partie d'une "communauté")
  • la problématique des thèmes et configurations thématiques au sens de "lieux de savoir" ("visions", "théories", "motifs", "lieux communs", "stéréotypes", ...) constituant un "réservoir" de connaissances et de valeurs collectivement disponibles pour resoudre des problèmes pertinents à la "communauté")

Un troisième axe de recherche est concerné par la problématique de la comparaison et l'évaluation critiques des approches, théories et modèles déjà existants. Il faut citer, entre autre :

  • l'"héritage" même des recherches actuelles en sémiotique générale (dont, bien sûr, en premier lieu, l'oeuvre inépuisable de A.J. Greimas et de la "lignée" structuraliste en sciences du langage et, plus généralement, en sciences sociales),
  • les travaux dans les différents domaines "spécialisés" de la sémiotique (sémiotique informatique, sémiotique organisationnelle, sémiotique de l'espace, socio-sémiotique, sémiotique visuelle, ...),
  • les contributions essentielles à la compréhension du signe textuel que nous devons à la rhétorique classique et aux recherches sur les genres (narratifs),
  • l'analyse du discours (dont, plus particulièrement celle qui se reclame de l'archéologie du savoir de M. Foucault),
  • les approches philosophiques proches de la vision sémiotique du signe textuel dont, notamment, la phénomènologie du monde social (A. Schütz) et l'hermeneutique textuelle (P. Ricoeur, W. Iser, ...),
  • certains paradigmes théoriques en sciences sociales et humaines (en anthropologie, en sociologie, en histoire, ...) permettant de mieux penser et conceptualiser le "contexte socio-culturel" dans lequel s'inscrit nécessairement n'importe quel signe textuel ainsi que les rapports entre le dit contexte et un signe textuel donné,
  • les recherches plus récentes dans les domaines des technologies de l'information et des "connissances" (traitement de l'information, représentation et gestion des connaissances, intelligence artificielle distribuée, "société artificielle", ...) dans lesquelles la sémiotique doit (devrait) trouver sa place "naturelle" en tant que théorie et méthodologie de description de l'objet de connaissances sous tous ses aspects et de son interprétation/utilisation.

 


 

en savoir pluS

Documents, projets et réalisations à consulter

 

Contacts - Plan du site - Mentions légales
All rights reserved © ESCOM 2000-2010